La Bijouterie du Spectacle est une société culturelle qui prolonge l’histoire de l’association La Biographie du Spectacle et de sa publication La Lettre des Comédiens dont les activités ont pris fin en 2000. Elle est chargée de la conservation d’une des plus importantes collections privées de bijoux de scène et de cinéma. Elle s’est fixée également d’autres missions : étudier l’histoire des bijoux, notamment ceux de théâtre, accroître et restaurer ses collections, organiser des expositions. Elle gère en outre un ensemble de bijoux disponibles à la location.

dimanche 16 décembre 2007

Les bijoux ont une histoire : Marthe Nespoulous


La Bijouterie du Spectacle possède dans ses collections un ensemble exceptionnel de bijoux réalisés vers 1925-1930 pour la grande Soprano Marthe Nespoulous. Outre un diadème, un bustier et un pagne constellés de strass et de fausses émeraudes, il y a aussi une très belle parure de turquoises et de perles. Celle-ci est composée d'une grande ceinture en deux pièces, d'une couronne et de deux fibules circulaires. C'est assez rare pour le mentionner, nous disposons aussi d'une photographie d'époque où l'on peut voir la chanteuse portant ces ornements.
 

Marthe Nespoulos dite Nespoulous, d'origine grecque, est née à Paris le 1er mai 1894. Fin mars 1923, lors des obsèques de Sarah Bernhardt, à Saint François de Sales, elle interprète avec tant de talent "Pie Jesu" du requiem de Fauré que, subjugué, Jacques Rouché, directeur de l'Opéra de Paris, décide immédiatement de l'engager. Elle y débute le 13 octobre 1923, dans le petit rôle de la Babylonienne de Hérodiade. L'année suivante, on lui confie successivement le rôle d'Ortlinde de La Walkyrie, celui de Salomé de Hérodiade, la Grande Prêtresse de Aida et Myrtale de Thaïs. En 1925 elle joue Thaïs, en 1926 Nedda de Paillasse, en 1927 Sophie du Chevalier à la Rose et Elsa de Lohengrin. En 1928, elle est La Princesse Saamcheddine aux côtés du Marouf de José de Trévi et, en 1931, chante le rôle-titre de l’Illustre Frégona de Raoul Laparra.

Excellente soprano, bonne comédienne et plutôt jolie femme, elle poursuivit une carrière parallèle sur beaucoup d'autres scènes, en province, à La Monnaie de Bruxelles, à l’Opéra de Monte-Carlo, au San Carlo de Naples, au Liceo de Barcelone, au Colon de Buenos-Aires, à l’Opéra d’Amsterdam, tant et si bien que l'Opéra de Paris décida de se séparer d'elle. Elle se retira alors pour se consacrer à l’enseignement. A partir de 1949, elle fut professeur au Conservatoire de Bordeaux, ville où elle mourut le 6 août 1962.

3 commentaires:

papamace a dit…

Mon Maître Jean Louis SOUMAGNAS.basse de l'opéra de Paris a eu comme professeure Mme NESPOULOUS au conservatoire de Bordeaux,Elee n'était pas d'origine Grecque, mais Aveyronaise, comme lui

Heaven a dit…

Merci, pour ce commentaire véridique,étant de la famille de cette personne.

Heaven a dit…

Merci de votre commentaire. Etant de la famille de Marthe. Je ne peux que confirmer vos écrits