La Bijouterie du Spectacle est une société culturelle qui prolonge l’histoire de l’association La Biographie du Spectacle et de sa publication La Lettre des Comédiens dont les activités ont pris fin en 2000. Elle est chargée de la conservation d’une des plus importantes collections privées de bijoux de scène et de cinéma. Elle s’est fixée également d’autres missions : étudier l’histoire des bijoux, notamment ceux de théâtre, accroître et restaurer ses collections, organiser des expositions. Elle gère en outre un ensemble de bijoux disponibles à la location.

mardi 13 novembre 2007

La montre de Joséphine


 
Une montre de poche réalisée en 1800 pour l’impératrice Joséphine a été adjugée lundi à 1.505.000 francs suisses (913.810 euros) lors d’une vente aux enchères à Genève, a-t-on appris auprès de la société Christie’s.
Le montant représente plus de sept fois l’estimation basse à 200.000 francs suisses de la société de vente aux enchères. L’acheteur n’a pas été révélé. En or, émail et diamants, l’objet de couleur bleu nuit est l’un des premiers exemplaires des «montres à tact» inventés par Abraham Louis Breguet vers 1790. Ce système permettait de lire l’heure d’un simple toucher, à une époque où il était inconvenant de sortir une montre de sa poche.
Selon la maison Breguet, le cadran a été commandé en 1799 par Joséphine pour 3.000 francs. En 1804, peu après le sacre de Napoléon, le médaillon a été orné de diamants puis agrémenté d’une couronne afin de refléter le nouveau rang de l’impératrice. Joséphine offrira la montre plus tard à sa fille Hortense de Beauharnais et le boîtier sera frappé d’un «H» en brillants.
L’historique de la montre, ses réparations et les factures qui l’accompagnent sont soigneusement conservés dans les archives de la maison Breguet. Joséphine de Beauharnais (1763-1814) épousa le général Bonaparte en 1796 mais sera répudiée en 1809 faute de lui avoir donné un héritier.