La Bijouterie du Spectacle est une société culturelle qui prolonge l’histoire de l’association La Biographie du Spectacle et de sa publication La Lettre des Comédiens dont les activités ont pris fin en 2000. Elle est chargée de la conservation d’une des plus importantes collections privées de bijoux de scène et de cinéma. Elle s’est fixée également d’autres missions : étudier l’histoire des bijoux, notamment ceux de théâtre, accroître et restaurer ses collections, organiser des expositions. Elle gère en outre un ensemble de bijoux disponibles à la location.

mardi 31 mars 2009

La 23e cérémonie des Molières


La 23ème cérémonie des Molières aura lieu le 26 avril prochain, dans le cadre du théâtre de Paris, et sera diffusée sur France 2. Cette année, la remise des prix sera présidée par le comédien Bernard Giraudeau et présentée par Frédéric Mitterrand, directeur de la Villa Médicis.

Dans la catégorie des meilleurs costumes, ont été sélectionnés :

Emmanuel Peduzzi pour Les deux canards de Tristan Bernard et Alfred Athis, mis en scène par Alain Sachs.
De 1977 à 1996, il collabore avec le créateur de costumes Jacques Schmidt à plus de cent dix spectacles. Depuis 1996, il a réalisé les costumes de théâtre pour les metteurs en scène suivants : Roger Planchon (Triomphe de l'amour, L'Avare), Patrice Kerbrat (En attendant Godot), Jacques Rosner (La Mer, Jules César, Rodogune), Alain Milianti (Chabada Bada), Robert Fortune (La Surprise de l'amour), Adrian Brine (Le Bel air de Londres), David Leveaux (Trahisons), Thierry Harcourt (Outrage aux mœurs), etc.

Claire Risterucci pour Madame de Sade de Yukio Mishima, mis en scène par Jacques Vincey.
Depuis 1999, elle a réalisé les costumes de théâtre pour les metteurs en scène suivants : Alain Ollivier ( Toute nudité sera châtiée, les Nègres, Le Marin), Claude Yersin (Electre-Oreste et Bamako), Marc Paquien (La Mère, Le Baladin du monde occidental, La Dispute, L’assassin sans scrupules, Le mariage secret, la Ville), Marc Paquien (La Noce chez les petits bourgeois… créoles, Les aveugles, La dispute, L’Assassin sans scrupules, Le Mariage secret, La ville), Jacques Vincey (Le Belvédère, Mademoiselle Julie, Madame de Sade), Pierre Hoden (Le Procès de Lucullus), Blandine Savetier (Le Président), etc.

Claire Belloc pour Le Diable rouge d’Antoine Rault, mis en scène par Christophe Lidon.
Depuis 1986, elle a réalisé les costumes de théâtre pour les metteurs en scène suivants : Laurence Février (Hosanna), Philippe Adrien (Les Acteurs de bonne foi-la méprise, Doux oiseaux de jeunesse, Andromaque, Phèdre, L’Ecclésiaste), Tilly (A la folie pas du tout), Patrick Simon (Au bout de la plage), Hervé Van Der Meulen (Les Trente millions de Gladiator), Christophe Lidon (L’Antichambre, Le Diable rouge), etc.

Thibault Vancraenenbroeck pour Tartuffe de Molière, mis en scène par Stéphane Braunschweig.
Depuis 1993, il a réalisé les costumes de théâtre pour les metteurs en scène suivants : Frédéric Dussenne (Noces de Sang), Stéphane Braunschweig (Dans la jungle des villes, Woyzeck, La Mouette, L’Exaltation du labyrinthe, Pométhée enchaîné, La Famille Schroffenstein, Brand, Le misanthrope, Vêtir ceux qui sont nus, Les Trois sœurs, Tartuffe), Olga de Soto (Incorporer, Ce qui reste), etc.

jeudi 26 mars 2009

Le Costume de Cour en Europe 1650 – 1800


Du 31 mars au 28 juin 2009 au château de Versailles

L’exposition Fastes de Cour et cérémonies royales – le Costume de Cour en Europe 1650-1800 retrace l’histoire du costume de Cour en Europe et met ainsi en lumière l’influence majeure de la France dans ce domaine du milieu du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Pour la première fois, plus de 200 oeuvres (costumes, joyaux, iconographie) liées à des monarchies européennes prestigieuses sont ici rassemblées pour une exposition qui ne sera présentée qu’à Versailles. Le Victoria & Albert Museum, le Palais Pitti à Florence, le musée du Louvre, le musée Galliera, les Arts Décoratifs, les Archives nationales, ainsi que des collectionneurs privés ont accepté de prêter leurs oeuvres. Les collections royales de Londres, de Dresde, du Danemark (château de Rosenborg), de Suède (Livrustkammaren), du Portugal (Palais d’Ajuda), mais aussi les collections impériales de Vienne (Kunsthistorisches Museum), des tsars de Russie (musée de l’Ermitage), et de la Cathédrale de Cologne seront pour la première fois présentées en dehors de leur pays d’origine.
Cet événement s’inscrit dans le cycle des expositions évoquant la vie de Cour aux XVIIe et XVIIIe siècles, comme Versailles et les tables royales en Europe XVIIe – XIXe siècles en 1993-1994.
Avec le costume de Cour se développe un véritable langage politique, dont la première fonction est de traduire visuellement la hiérarchie du pouvoir. Les costumes présentés dans l’exposition évoquent à la fois les circonstances extraordinaires fondatrices de la Monarchie, de la vie des monarques européens et de leurs courtisans, (sacre, couronnement et cérémonies d’Ordres royaux), mais également des circonstances prestigieuses qu’on retrouve dans toutes les cours comme les mariages. Les tenues portées lors de ces événements se singularisent par leur soumission au formalisme de l’Étiquette de la Cour. Ce sont le luxe des matériaux, des étoffes, des broderies, des dentelles, des passementeries et l’accumulation des joyaux et des pierreries, qui font que les vêtements de cour s’adaptent à telle ou telle circonstance. Le costume s’impose ainsi comme une vitrine du commerce de luxe, dont il emploie les innovations techniques et esthétiques. Avec la montée en puissance de la mode et le renouvellement accéléré des formes vestimentaires, le costume de cour évoluera vite. Cependant, les nombreuses commandes royales européennes, passées à Paris, attestent du rayonnement de la France et de son influence majeure en matière de costume de cour et de mode à travers la qualité remarquable atteinte par les artisans parisiens.

Scénographie : Giada Ricci

L’exposition est organisée par l’Établissement public du musée et du domaine national de Versailles avec la collaboration de Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris.

Informations pratiques :
Lieux : Salles d’Afrique et de Crimée du château de Versailles
Tous les jours sauf le lundi, de 9h à 17h30,
et à partir du 1er avril 2009 de 9h à 18h30.
Renseignements : 01 30 83 78 00

dimanche 22 mars 2009

Nouveaux tournages de fictions historiques



France 2 exploite à fond les richesses de notre patrimoine historique et culturel en fiction. Après Cartouche, actuellement en tournage dans le Périgord, Frédéric Diefenthal endossera l'habit de l'écrivain Châteaubriand fin avril. Toujours au rayon "écrivain", Michel Aumont et Dominique Blanc débuteront fin août le tournage de Rabelais, écrit et réalisé par Hervé Baslé. Francis Renaud (l'Affaire Grégory), lui, incarnera François Villon en juin. Romane Boringher sera Blanche Maupas, cette institutrice engagée dont le mari fut fusillé pendant la Première Guerre Mondiale. Autres victimes de la Grande Guerre, les gueules cassées auxquelles Bruno Lochet et Popeck rendront hommage dans Bas les coeurs. Fin 2009, Henri Helman (Lagardère, Charlotte Corday, Cartouche) dirigera Jacques Perrin dans Louis XI.

mercredi 11 mars 2009

Agnès Nègre et La cagnotte


C’est un joli téléfilm que nous a offert hier France 2. En dehors des comédiens et des décors – de bonne facture – la Cagnotte nous a aussi permis d’admirer le magnifique travail d’Agnès Nègre. Créatrice de costumes pour le cinéma et la télévision, Agnès Nègre a fêté l’année dernière sa 200e participation à une œuvre en costumes d’époque. En effet, depuis son arrivée dans ce métier, en 1967, la costumière s’est spécialisée dans l’habillement des films à caractère historique. Sur une vaste période, cependant, qui va de l’Antiquité aux années soixante-dix. Récompensée à plusieurs reprises (Prix des Métiers d’Arts, deux «Sept d’or », une nomination au César 1991 des meilleurs costumes pour La Gloire de mon père et Le Château de ma mère), elle a plus d’une corde à son arc. Elle est aussi peintre et graveur, a été chargée de cours à la FEMIS (1990-1991), et participe régulièrement à des conférences liées à ces sujets. Elle est également membre du CERPCOS (Collectif d’Etudes et de Recherches Pluridisciplinaires « corps et costumes de scène »).

jeudi 5 mars 2009

The Young Victoria


On parle beaucoup de The Young Victoria dont la première a eu lieu il y deux jours à Londres. Réalisé par le cinéaste québécois Jean-Marc Vallée, cette grande fresque historique raconte les jeunes années passionnées de la reine Victoria, notamment sa romance avec le prince Albert.
Tourné entièrement en Grande Bretagne, ce long métrage au gros budget de 35 millions de dollars est produit par Graham King, de la société Initial Entertainment Group, et Martin Scorsese.
Les rôles principaux sont interprétés par Emily Blunt (Victoria) et Rupert Friend (le prince Albert).
En ce qui concerne les costumes, les premières images du film, actuellement disponibles, permettent d’en avoir un assez bon aperçu. Ils ont été réalisés avec un souci du détail, une réelle recherche de l’authenticité, qui devraient satisfaire les amateurs de ce genre de productions. Il est vrai que la chef costumière, Sandy Powell, bénéficie d’une solide expérience des films d’époque. La qualité de son travail a d’ailleurs été récompensée à deux reprises par un Oscar. Le premier, en 1999, pour le film Shakespeare in Love (1998) et le second, en 2005, pour The Aviator (2004).
Pour l’instant, aucune date n’a encore été communiquée pour la sortie en France de The Young Victoria.




le site du film :