La Bijouterie du Spectacle est une société culturelle qui prolonge l’histoire de l’association La Biographie du Spectacle et de sa publication La Lettre des Comédiens dont les activités ont pris fin en 2000. Elle est chargée de la conservation d’une des plus importantes collections privées de bijoux de scène et de cinéma. Elle s’est fixée également d’autres missions : étudier l’histoire des bijoux, notamment ceux de théâtre, accroître et restaurer ses collections, organiser des expositions. Elle gère en outre un ensemble de bijoux disponibles à la location.

samedi 26 mars 2011

Bijoux de théâtre de Sarah Bernhardt aux enchères



Quatre mois après la mise aux enchères de trois couronnes de théâtre qui auraient appartenu à Sarah Bernhardt (dont une seule a trouvé preneur) voir notre message du 1er décembre ce sont quatre autres bijoux de scène – supposés avoir été portés par la comédienne – qui sont à leur tour mis en vente publique. Présentés parmi quelques autres souvenirs de Sarah Bernhardt, ces objets seront adjugés par Delorme et Collin du Bocage, le jeudi 31 mars 2011, à 14h00, Salle 17 (17 rue de Provence 75009 Paris).

En dépit de l’approbation d’un expert, nous restons, quant à nous, très réservés en ce qui concerne l’affirmation que ces bijoux ont été utilisés par l’illustre artiste. Au moins pour ce qui est des trois premiers. En effet, aucun d’entre eux n’a pu être formellement identifié sur les différents portraits de la comédienne la montrant dans ses costumes de théâtre. Nous savons bien que c’est une habitude très répandue chez les collectionneurs de bijoux de scène de prétendre – sans preuves – que telle pièce ancienne a été portée par un célèbre artiste. Réflexe assez banal pour valoriser l’objet en question.



Lot n°1 - Boucle de ceinture en métal doré, 
composée de deux serpents entrelacés, 
les gueules ouvertes retenant une pierre bleue ovale
facettée en serti griffe.
Bijoux de théâtre porté par Sarah Bernhardt vers 1890. 
Estimation : 500/600 €. Adjugé 1100 €



Lot n°2 - Important pectoral en métal doré composé
d’une rosace ajourée, ponctuée de pierres de couleur.
Diamètre : 11,8 cm.
Bijoux de théâtre porté par Sarah Bernhardt
dans Cléopâtre vers 1890.
Estimation : 200/300 €. Adjugé 400 €


Lot n°3 - Ornement de tête en tissu centré d’une tête de chouette rehaussée de strass. 
Elle est épaulée de rosaces ponctuées de pierres de couleur
et de perles en verre. Dimensions : 57 x 6.5 cm.
Bijoux de théâtre porté par Sarah Bernhardt 
dans Cléopâtre vers 1890. 
Estimation : 300/400 €. Adjugé 600 €



Lot n°4 - Bague en os teinté décorée d’un masque féminin. 
Signée à l’intérieur du corps de bague Sarah Bernhardt. 
Fêles, traces de colle, taille 59. 
Elle fut portée par Sarah Bernhardt en 1890 dans Cléopâtre
Bague fétiche de la comédienne 
qui ne l'a jamais quittée jusqu'à son décès. 
Elle a servi de modèle pour une réédition en argent, 
à huit exemplaires, pour le centenaire de la mort de l'artiste.
Estimation : 3000/3500 €. Adjugé 2800 €


Delorme et Collin du Bocage
Tél. : 01.58.18.39.05
Fax : 01.58.18.39.09
Email : info@parisencheres.com

vendredi 25 mars 2011

L’art du costume à la Comédie Française


À l’occasion de son cinquième anniversaire, le Centre national du costume de scène et de la scénographie rend hommage à l’une de ses institutions fondatrices : la Comédie-Française. En exposant les plus belles pièces de ce théâtre emblématique, le CNCS retrace l’histoire du costume de théâtre, des ateliers de couture, comme celle de la Comédie-Française elle-même, à travers les grandes figures qui l’ont marquée, auteurs, comédiens, metteurs en scène, costumiers.

Intitulée L’art du costume à la Comédie Française, cette exposition est d’abord dédiée aux ateliers de costumes de cette institution, ainsi qu’aux illustres noms qui ont marqué son histoire, en offrant un ensemble exceptionnel de plus de 200 costumes, issus des collections de la Comédie-Française déposées au CNCS et du fonds du théâtre.

Au coeur du panorama historique proposé, du XVIIIe siècle à nos jours, une large place sera accordée aux costumes de pièces des grands auteurs du théâtre classique, Corneille, Racine, et surtout Molière, le « patron » de la Comédie-Française. Parmi les comédiens, les plus grands interprètes seront évoqués : Lekain, Talma, Rachel, Mounet-Sully, pour n’en citer que quelques-uns.

L’exposition abordera aussi l’influence décisive au XXe siècle de certains metteurs en scène et de certains costumiers sur l’art du costume à la Comédie-Française. Les « costumiers maison », entre autres Suzanne Lalique et Renato Bianchi, qui ont durablement imprimé leur marque sur le travail des ateliers, à la fois comme directeurs des ateliers et créateurs de costumes, et les costumiers invités, dont Sonia Delaunay, Christian Bérard, Carzou, ou encore Cecil Beaton, Christian Lacroix, Boris Zaborov, Thierry Mugler et tant d’autres...

Enfin, la part belle sera réservée au travail des ateliers de la Comédie-Française, ces métiers de l’ombre dont certains ont quasiment disparu « à la ville », qui se situent à la frontière de l’artisanat d’art et du travail de création.

Lorenzaccio costume d’Alexandre Médicis (Comédie Française 1976)
Photo Pascal François

Phèdre costume conçu par Mouron de Cassandre
porté par Annie Ducaux (Comédie Française 1959)
Photo Pascal François

Ondine costume conçu par Chloé Obolensky et porté par Francis Huster
(Comédie Française 1974) 
Photo Pascal François

L’art du costume à la Comédie-Française
Du 11 juin au 31 décembre 2011, tous les jours, de 10h à 18h (jusqu’à 19h en juillet et août).
Centre national du costume de scène, Moulins
www.cncs.fr / 04 70 20 76 20

Commissariat
Renato Bianchi, directeur des costumes et de l’habillement de la Comédie-Française
Agathe Sanjuan, conservateur-archiviste de la Comédie-Française
Scénographie Roberto Platé, plasticien scénographe
Création lumières Jacques Rouveyrollis, éclairagiste