La Bijouterie du Spectacle est une société culturelle qui prolonge l’histoire de l’association La Biographie du Spectacle et de sa publication La Lettre des Comédiens dont les activités ont pris fin en 2000. Elle est chargée de la conservation d’une des plus importantes collections privées de bijoux de scène et de cinéma. Elle s’est fixée également d’autres missions : étudier l’histoire des bijoux, notamment ceux de théâtre, accroître et restaurer ses collections, organiser des expositions. Elle gère en outre un ensemble de bijoux disponibles à la location.

mercredi 4 décembre 2013

Cartier, le style et l’histoire


Aujourd’hui débute l’exposition Cartier, le style et l’histoire, présentée dans le salon d’Honneur du Grand Palais, à Paris. Elle durera jusqu’au 16 février 2014.

 

  Pour Laurent Salomé, conservateur en chef du patrimoine et directeur scientifique de la RMN-Grand Palais, et Laure Dalon, conservateur du patrimoine adjoint, tous deux commissaires de l’exposition, la tâche n’a pas été simple. Mais ils ont relevé le défi, avec talent et imagination, de présenter une exposition qui brille, certes, mais qui ne se réduit pas qu’à une simple boutique de joaillerie.
  Il y a tellement à dire sur la Maison Cartier, si riche de créations depuis sa fondation, en 1847, jusqu’au milieu des années 1970, époque où s’arrête cette présentation. Plus de 600 pièces d’exception sont rassemblées ici pour la première fois, provenant principalement de la Collection Cartier, mais aussi de prêts privés, d’institutions et de collections de musées français et étrangers. Elles forment un ensemble unique témoignant de l’histoire complexe et foisonnante du joaillier des rois et roi des joailliers. Plus de 300 documents provenant des archives Cartier complètent ce parcours : cahiers d’idées, dessins, registres de commandes, livres de stock, empreintes en plâtre, autochromes et photographies dévoilent une part méconnue du processus créatif du joaillier. Au gré des styles, des inspirations et des personnalités emblématiques, c’est ainsi toute l’histoire de la Maison Cartier qui se révèle dans cet écrin prestigieux.

  Outre quelque 539 pièces provenant directement de la collection Cartier, une soixantaine d’objets – dont beaucoup de bijoux – ont été prêtés par d'illustres propriétaires. Parmi ceux-ci figurent quelques pièces exceptionnelles. Notamment le diadème Halo, réalisé en 1936, appartenant à la reine Elizabeth II et encore porté, en avril 2011, par Kate Middleton à l’occasion de son mariage avec le prince William. Il est composé de 739 diamants de taille brillant et de 149 autres de taille baguette. Egalement empruntée à la famille royale d’Angleterre, une broche fleur datée de 1953, avec en son centre le diamant rose Williamson (23,60 carats). A titre exceptionnel, la principauté de Monaco a aussi confié quelques bijoux ayant appartenu à Grace Kelly, comme sa bague de fiançailles ornée d’un magnifique diamant de taille émeraude. On peut ajouter à cette liste l’imposant saphir de Marie de Roumanie, magnifique pierre bleue de 487 carats, le grand collier de diamants du Maharajah de Patiala, le collier serpent fait de 2473 diamants et émeraudes de l’actrice mexicaine Maria Félix ou les bracelets Art déco, en cristal de roche et diamants, d’une autre actrice, Gloria Swanson.


Collier, Cartier Paris, 1951, transformé en 1953. Platine, or, diamants taille brillant, baguette et de forme fantaisie, 8 rubis birmans de forme coussin et ovale, facettés.Provenance: Elizabeth Taylor. 
Photo V. Vulveryck, Collection Cartier


Devant de corsage en platine, diamants ronds taille ancienne et taille rose, 
un saphir de forme poire, sept saphirs de forme coussin pour un poids total de 51 carats environ. 
Commande spéciale de 1907
Photo V. Vulveryck, Collection Cartier