La Bijouterie du Spectacle est une société culturelle qui prolonge l’histoire de l’association La Biographie du Spectacle et de sa publication La Lettre des Comédiens dont les activités ont pris fin en 2000. Elle est chargée de la conservation d’une des plus importantes collections privées de bijoux de scène et de cinéma. Elle s’est fixée également d’autres missions : étudier l’histoire des bijoux, notamment ceux de théâtre, accroître et restaurer ses collections, organiser des expositions. Elle gère en outre un ensemble de bijoux disponibles à la location.

jeudi 6 novembre 2014

Bijoux princiers aux enchères



Deux ventes aux enchères de haute joaillerie vont se dérouler dans quelques jours à Genève. La première, le 11 novembre, organisée par Christie’s Genève et la seconde, le 12 novembre, par sa concurrente Sotheby’s. Parmi les prestigieux bijoux vendus par ces deux maisons deux pièces exceptionnelles, d’origines princières, sont à signaler.

Christie’s propose en effet une magnifique broche de diamants issue des joyaux de la Couronne de France. Cette broche, appelée « Feuilles de groseillier », a été commandée par l’Impératrice Eugénie, en 1855, à la Maison Bapst. Vendue par le gouvernement français, en 1887, avec d’autres bijoux provenant de la famille impériale, elle a d’abord été acquise par le joaillier américain Tiffany & Co. Léguée en 1936 au Metropolitan Opera de New York par la célèbre cantatrice Lucrezia Bori (1887-1960), elle y est restée jusqu’à aujourd’hui. Formée de trois feuilles de groseillier, cette broche est pavée de diamants de taille ancienne et sertie au centre d'un gros diamant de forme coussin. Complétée de trois pampilles articulées en diamants, elle est estimée entre deux et trois millions de dollars.
Sotheby’s n’est pas en reste, avec un très beau collier de perles ayant appartenu à Joséphine de Beauharnais (1807-1876), reine de Suède et de Norvège, petite-fille de l’épouse de Napoléon. Composé de deux rangs de perles fines blanches et de sept grosses perles de forme poire amovibles, il est estimé entre sept-cent-soixante-cinq-mille et huit-cent-mille dollars.

 

jeudi 4 septembre 2014

Ventes des costumes de l’Opéra d’Avignon





A l’occasion des Journées du Patrimoine, l’Opéra Grand Avignon ouvre ses armoires et met en vente 2000 costumes.Depuis des décennies, les costumiers se succèdent et produisent des quantités impressionnantes de tenues de scène. L’Opéra a décidé cette année de se séparer d’une partie d’entre elles (23 productions représentées), essentiellement des costumes d’époque, pour libérer de l’espace pour les prochaines productions. 
Lors de la vente, on pourra admirer des productions telles que les Valses de Vienne, Scaramouche, La Favorite, Le Roi Arthur, etc.La direction de l’Opéra exprime une volonté forte de permettre aux visiteurs de se réapproprier une partie de leur patrimoine. C’est pourquoi l’espace de vente sera aménagé directement sur le parvis, Place de l’Horloge, sous des tentes, pendant tout le weekend.
La vente est organisée par Rinato qui met en ligne, sur son site, des photos d’un certain nombre des costumes qui seront présentés aux enchères.


Lieu : Place de l’Horloge, Avignon
samedi 20 septembre > 10h – 19h
dimanche 21 septembre > 10h – 17h