La Bijouterie du Spectacle est une société culturelle qui prolonge l’histoire de l’association La Biographie du Spectacle et de sa publication La Lettre des Comédiens dont les activités ont pris fin en 2000. Elle est chargée de la conservation d’une des plus importantes collections privées de bijoux de scène et de cinéma. Elle s’est fixée également d’autres missions : étudier l’histoire des bijoux, notamment ceux de théâtre, accroître et restaurer ses collections, organiser des expositions. Elle gère en outre un ensemble de bijoux disponibles à la location.

mercredi 30 août 2017

Bijoux du XVIIIe siècle



Une partie des bijoux loués pour le film Un peuple et son roi réalisé par Pierre Schoeller.


lundi 14 août 2017

Coffre au trésor




Coffre au trésor réalisé pour le film Un peuple et son roi 

actuellement en tournage

sous la direction de Pierre Schoeller.

 



vendredi 4 août 2017

Parure de diamants



Parure de diamants disponible à la location 

(Un collier, une broche, une paire de bracelets et une paire de boucles d'oreilles). 

Les pierres sont factices.

mercredi 2 août 2017

Location de bijoux



Très grand choix de bijoux de tous styles et de toutes époques disponibles à la location. Cinéma, télévision, théâtre, spectacle, illustration, reconstitution, mode, sociétés ou particuliers.


vendredi 7 juillet 2017

Les bijoux de Marie-Antoinette

Cassette des bijoux de Marie-Antoinette fournie à la régie d’extérieur du film  Un peuple et son roi, actuellement en tournage sous la direction de Pierre Schoeller.

mardi 6 juin 2017

Les bijoux de l’Opéra sortent (enfin) de l’ombre





Jusqu’à cette année, la collection des bijoux de l’Opéra, qui passe pour être la plus grande collection mondiale de bijoux de scène du XIXème siècle, s’apparentait plus à un trésor mythique qu’à un beau musée d’accessoires scéniques. On l’évoquait parfois, le plus souvent sans la connaître, car personne ne l’avait jamais vue.
Redécouverte au début des années 1980, dans une pièce où elle dormait depuis des décennies, cette incroyable collection fut d’abord confiée à une enseignante, Danièle Fouache, qui était venue effectuer un stage professionnel à l'Opéra. Pendant des années, avec patience et discrétion, celle-ci s’attacha à un fastidieux travail d’inventaire de toutes ces pièces. Les triant, les nettoyant, les classant et, à l’occasion, les faisant restaurer par des élèves du lycée de la bijouterie Nicolas-Flamel. Une première estimation, assez sommaire, conclut que ce fantastique trésor contenait plus de dix-mille bijoux de scène, pour la plupart fabriqués entre 1860 et 1930.
Déjà vingt années s’étaient écoulées sans que cette collection unique n’attire particulièrement l’attention. Et puis soudain, en 2004, la direction de l’Opéra décida enfin de la présenter au public. Une exposition intitulée « L’air des bijoux » fut organisée dans la rotonde des abonnés de l’Opéra Garnier. Elle était composée de quatre-cents pièces choisies parmi les plus représentatives (couronnes, diadèmes, tiares, fibules, bracelets, colliers, etc.) A l’exception des bracelets, rassemblés dans une vitrine équipée de présentoirs, tous les autres bijoux étaient exposés dans une immense demi-sphère, en forme de diamant à facettes, réalisée par le verrier Saint-Gobain et la société Veralbane. Il y avait là, suspendues au plafond, des couronnes, des diadèmes, des tiares, de toutes dimensions, ornées de pierreries multicolores ; et, posés à même le sol, sur un tissu blanc, des colliers, des chaînes, des ceintures, qui scintillaient sous la lumière. En dépit d’une publicité assez discrète, les parisiens furent nombreux à venir admirer ce trésor qui dormait au cœur de leur Cité. Devant une affluence aussi inattendue l’exposition qui devait durer du 3 juin au 3 octobre fut prolongée jusqu’au 3 janvier 2005.
Le rideau tombé, tous ces bijoux de scène retournèrent dans leurs armoires et, très vite, on oublia leur existence. Certes, Madame Danièle Fouache, qui leur avait consacré tant de temps, continuait à les évoquer à l’occasion de conférences ou d’articles dans des revues spécialisées, mais il était toujours impossible au public de les approcher.
Au milieu de l’année 2011, une nouvelle exposition organisée par l’Opéra Garnier allait à nouveau permettre de les apercevoir pendant quelques mois. Quelques-unes des plus belles pièces seulement, principalement des coiffes, et uniquement pour illustrer une rétrospective consacrée à plusieurs grandes tragédiennes de l’Opéra (1875-1939).

       On peut dire que ce n’est qu’en 2016, il y a à peine un an, que cette importance collection a pu enfin sortir de l’ombre. En effet, la Bibliothèque-Musée de l’Opéra (rattachée à la Bibliothèque Nationale), qui en la charge, a décidé qu’il n’était plus admissible de la laisser ainsi végéter. A l’initiative de Guillaume Ladrange, conservateur, deux stagiaires ont d’abord été recrutées pour s’occuper spécialement du récolement, de l’identification et du reconditionnement des bijoux. Puis, cette année, deux décisions importantes viennent d’être prises pour permettre au public de contempler directement ces bijoux de scène. Depuis le printemps, un certain nombre de pièces emblématiques sont maintenant exposées en permanence dans la galerie de la Bibliothèque-musée, au Palais Garnier. Elles sont présentées dans une dizaine de vitrines où l’on pouvait voir naguère des maquettes de décors un peu surannées. Mais surtout, l’atelier photographique de la BNF a débuté une campagne visant à numériser une bonne partie de la collection. D’ores et déjà, une douzaine de notices ont été mises en ligne sur le site de la bibliothèque numérique Gallica. Chaque objet a été photographié sous toutes ses faces et présenté accompagné d’une description détaillée. Une nouvelle session de numérisation vient de débuter. Elle concerne, cette fois, un plus grand nombre de pièces. L’inventaire de la collection, toujours en cours, recense à ce jour 3700 bijoux.

M. J.


Tous nos remerciements à Virginie Donat, assistante de conservation, qui a eu la gentillesse et la patience de nous présenter toutes ses activités dans le cadre du récolement des bijoux de l’Opéra. Mais aussi pour nous avoir communiqué toutes les informations nécessaires à cet article et fait découvrir, en même temps, les coulisses de l’Opéra Garnier.


Large collier plastron en cuir rouge orné de perles en métal doré et gris. Motifs en métal peint orange (carrés) et bleu (ronds). Pendeloques de perles vertes, rouges, blanches et bleues avec une fleur de lotus en métal ornée d'un motif peint (circulaire bleu et orange) à chaque extrémité. Collier porté par Gabrielle Krauss, dans le rôle de Sélika dans l’opéra « L’Africaine » (1877). 


Détail d’une coiffe en métal argenté ciselé et filigrané sur velours rouge, ornée de cabochons verts et de pendeloques en métal argenté. Coiffe portée dans "Le fils de l'étoile" par les douze Magdaléennes (1877).



Bustier en métal doré, orné de petits strass sertis et de d'imitations d'émeraudes et de rubis serties. Pendeloques de chaînes ornées de petites imitations d'émeraudes et de rubis. Bustier porté par Brandon dans l’opéra « Le Grand Mogol » (1895).


Casque en métal doré ciselé, surmontés d'un panache de plumes d'autruche violet. Pendeloques en métal doré à l'arrière. Fait partie d’un ensemble de dix casques portés dans l’opéra « L’Africaine » (1865).



Les vitrines d’exposition dites « guignols », occupées par les bijoux de l’Opéra, dans la galerie-musée du Palais Garnier (photo Anaëlle Gobinet-Choukroun).


« L’air des bijoux » première exposition d’une partie des bijoux de l’Opéra (3 juin - 3 octobre 2004).