La Bijouterie du Spectacle est une société culturelle qui prolonge l’histoire de l’association La Biographie du Spectacle et de sa publication La Lettre des Comédiens dont les activités ont pris fin en 2000. Elle est chargée de la conservation d’une des plus importantes collections privées de bijoux de scène et de cinéma. Elle s’est fixée également d’autres missions : étudier l’histoire des bijoux, notamment ceux de théâtre, accroître et restaurer ses collections, organiser des expositions. Elle gère en outre un ensemble de bijoux disponibles à la location.

lundi 17 avril 2017

Les bijoux du " Tricheur à l’as de carreau "





Le Tricheur à l'as de carreau est un tableau peint par Georges de La Tour vers 1636-1638, conservé au musée du Louvre, et considéré comme l'un des chefs-d'œuvre du peintre et de la peinture française. Signe de son extrême popularité, la localisation de cette œuvre est spécialement signalée sur le plan du musée du Louvre distribué à l'entrée, au même titre que La Joconde, La Dentellière ou encore Le Bain turc.
Dans le cadre d’une série télévisée, la Bijouterie du Spectacle a été amenée à se pencher sur les bijoux reproduits sur cette toile et à en réaliser des répliques. En effet, à l’aide de personnages réels vêtus de costumes conformes à ceux figurés par le peintre, il s'agira de reconstituer à l’identique cette œuvre de Georges de La Tour pour ensuite lui donner vie. D’autres tableaux connus figurent également parmi les sujets explorés par cette série.







mardi 27 septembre 2016

Réplique de la croix de l’ordre du Saint-Esprit




  La Bijouterie du Spectacle vient de réaliser, en tirage très limité, une très belle réplique de la croix de l’Ordre du Saint-Esprit. Créé en 1578 par Henri III, cet ordre a été la plus prestigieuse récompense de l’ancienne monarchie. Ce très beau modèle, reconstitué à partir de recherches approfondies, est la copie conforme d’une croix du XVIIIe siècle dont il n’existe plus aujourd’hui que quelques exemplaires. Notre copie présente la particularité de reproduire, sur son autre face, le premier modèle de cette décoration tel qu’il apparait dans l’iconographie des XVIe et XVIIe siècles. Ainsi, cette réplique pourra aussi bien être portée pour des reconstitutions du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle.
  Une partie de ces croix est destinée à la location et à des expositions, une autre proposée à la vente (quelques exemplaires).



lundi 26 septembre 2016

Bracelet de camées (fin XVIe siècle)




Les bijoux du XVIe siècle sont assez rares et particulièrement les bracelets. C’est pour cela qu’il a paru intéressant de présenter ce magnifique bracelet conservé au département Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque Nationale (Camée 624). 
Réalisé dans les années 1575-1600, en or, il est composé d’un fermoir de forme ovale décoré d’un camée auquel sont attachés six autres médaillons avec camées de même forme, plus petits. Le camée du fermoir, sculpté sur coquille, représente trois chevaux dont un couché. Les six autres camées présentent respectivement un cerf, un lévrier, un lion, un loup et un taureau. Chaque médaillon est émaillé, sur son pourtour, en bleu et blanc et pourvu de quatre anneaux émaillés de bleu. Ces derniers sont reliés entre eux par une attache en forme de fleur émaillée en vert et blanc. Le bracelet se ferme par un fermoir à cliquet en or dont la boite pourvue d’une décoration émaillée et gravée (deux C enlacés) est soudée sous le médaillon principal. Une lame pliée en deux, fixée à l’autre extrémité du bracelet, vient se bloquer en position dans ce boîtier. L’ensemble mesure 17 cm de long sur 2 cm de large.